Atelier de réflexion sur les bases
de l’enseignement des
livres de Roger Guasco

Tous les t√©moignages que l'homme a laiss√© depuis 8.000 ans au cours de ses p√©r√©grinations: les hi√©roglyphes, les √©crits, les l√©gendes, les mythes, la torah, la bible... nous r√©v√®lent des passions, des d√©fauts, l'orgueil, la cruaut√© qui n'ont jamais cess√© de se manifester dans nos Ňďuvres.


Comment penser que l'homme est évolutif quand il s'est montré incapable de se perfectionner lui-même sur cette période de 8.000 ans ?
En cette fin de siècle, les origines de l'homme et son évolution sont au centre de toutes les préoccupations : expositions, livres, films nous racontent l'homme du primate à Cro-Magnon, en passant par la guerre du feu...
Sa période de bête évolutive se situe dans un temps qui couvre plusieurs millions d'années avant notre ère jusqu'à - 30.000 ans.
Durant toute cette période, notre ancêtre est au Paradis de l'inconscience, comme l'oiseau, le loup, le lion.... sans notion de bien et de mal.
Du singe à l'homo-sapiens, 50 millions d'années se sont écoulées durant lesquelles l'évolution a été très lente, très progressive, consistant surtout en une adaptation au milieu.

Très soudainement, aux environs de - 30.000 ans, environ un cycle de précession d'équinoxes, sans aucun signe préliminaire il atteint l'Art, un style de dessin et de gravure très élaboré que l'on retrouve à Lascaux et à Altamira.
Ce phénomène reste inexpliqué par les scientifiques qui refusent une intervention cosmique.
Cette énigme peut au contraire s'éclaircir si l'on admet celle-ci.

Notre histoire sur 8.000 ans prouve que l'homme n'a réalisé aucune évolution d'ordre moral.
Les √©crits bibliques relatent en abondance - crimes - viols - incestes.. faits qui ne para√ģtraient gu√®re anachroniques √† la Une de nos quotidiens.
Les tortures physiques et mentales, les manipulations génétiques n'ont rien à envier aux cruautés des antiques civilisations.
Individuellement, chaque homme a bonne conscience.
Le seul fait de se regrouper fait surgir en lui une cruauté dont il se croit incapable.
Sous bien des aspects l'homme du XXème siècle est totalement différent de son ancêtre des cavernes.

Que s'est-il passé il y a 30.000 ans ?

Une explosion créatrice a sorti brusquement l'hominien de sa condition animale.
Depuis, il n'a plus retrouvé cette énergie transcendante, l'impulsion originelle qui a éveillé en lui la conscience et l'intelligence.
Depuis cette courte période, il se retrouve face à lui-même, seul responsable de son évolution.
A force de tatonnements et d'épreuves il a avancé dans sa compréhension.

Il y a 30.000 ans, cette prise de conscience ne fut pas le fait d'un hasard, ni le résultat logique d'une multiplicité d'expériences de ses adaptations au milieu.
L'homme a été le bénéficiaire d'une intervention extérieure, totalement indépendante de la matière. Un phénomène cosmique a touché l'homme, a semé en son être une capacité spirituelle unique, indispensable.
Elle a donné à l'homme la possibilité de démarrer son évolution marquant une différenciation définitive avec les bêtes.
Cette intervention, énergie, force, vibration, conscience...( comment la nommer ?) a été subite et limité dans le Temps.
On comprend mieux d√®s lors pourquoi, cons√©cutivement √† l'expression artistique du pal√©olithique pr√©cise et d'une beaut√© fulgurante, ont succ√©d√© des Ňďuvres m√©diocres et laborieuses, sans conviction.
De cette intervention extérieure, l'homme a gardé le désir de comprendre toujours plus, de chercher le Pourquoi et le Comment de son existence.

Aux alentours de - 30.000 ans, il a eu la liberté de choisir sa façon d'appréhender la monde.
Il avait d√©sormais en lui un potentiel mental √©lev√© dont il b√©n√©ficie toujours.. Mais, quant √† l'usage,... ses Ňďuvres montrent qu'il a toujours pr√©f√©r√© le progr√®s technique. Au fil du temps, la technique n'a cess√© de se d√©velopper gr√Ęce √† sa prise de conscience qui lui apportait intelligence, r√©flexion, raisonnement.
De fait, cela ne lui permit pas d'évoluer normalement puisqu'il n'en eut pas le désir.

Les scientifiques qui veulent justifier l'homme à tous prix se basent uniquement sur les performances techniques.
Mais l'évolution morale, vers le bien, le juste, la liberté, l'amour est nulle.
Dans ses échanges avec les êtres vivants l'homme n'a pas évolué d'un iota !
La question du Pourquoi et du Comment de sa présence sur Terre reste sans réponse...
On dirait que l'homme a toujours voulu entrer en compétition avec l'esprit qu'il a reçu.
Il a livr√© une lutte acharn√©e conte l'√Ęme.
Il a abandonné toute valeur spirituelle, dignité, responsabilité, respect de la Vie.
En compensation, son travail technique lui a donné la bombe atomique, le plus performant des instruments de mort!

Instrument de mort de l'espèce humaine !
Contre la Vie, il a dressé toute la violence que lui a donné sa connaissance de la matière. Contre la Vie il a semé la haine, la contrainte, les armes.

30.000 ans après sa toute première prise de conscience, voilà le constat de ce qu'il a fait de sa liberté !
Paradoxalement, il a utilisé ce don pour se détruire et non pour en faire l'instrument de son épanouissement.
Le passage entre l'inconscience du singe et la conscience de l'homo-sapiens n'a pu qu'être marqué par une intervention tout-à-fait étrangère à sa nature, étrangère à la Terre !

Pour que l'homme change, pour qu'il réveille en lui l'Esprit éteint, il faudra qu'il ait le désir de s'ouvrir à quelque chose d'extérieur pour qu'une fois encore, ce que l'on a appelé: " l'étincelle divine " s'allume en lui.

© https://roger-guasco-atelier.com 2023